• Emmanuel Vacarisas

Aurélien (participe à nos cours de théâtre pour la deuxième année)

Nous voici de retour ! La période estivale n'était pas propice à la régularité de nos publications, mais c'est reparti !


Nous vous emmenons à la rencontre de celles et ceux qui font exister la Compagnie Vacarisas. Comédiens et comédiennes amateur(e)s mais exigeant(e)s vis-à-vis d'eux-mêmes, ils et elles nous donnent l'envie d'être toujours plus à l'écoute pour satisfaire leur envie d'un théâtre ludique et de qualité.


Aujourd'hui, c'est Aurélien, qui entame sa deuxième année au cours de travail de scènes du mercredi, qui se prête au jeu de l'interview.

cours de théâtre amateur à Paris
Aurélien dans "Amphitryon" de Molière

Comment as-tu connu les cours de théâtre de la compagnie ?

Par l'intermédiaire d'un guide des meilleurs cours à Paris, sur lequel je suis tombé courant 2020. La compagnie y était référencée dans la sélection théâtrale et la photo principale illustrant son article était plus attrayante que celle des autres.


Qu’est-ce qui te plaît dans l’enseignement proposé ?

La diversité, la qualité et le choix des scènes, propices à la découverte ou redécouverte d'auteurs. Leur distribution dès le début de l'année. La possibilité de s'essayer à plusieurs registres et de se laisser entraîner à travers des chemins qu'on ne pensait jamais emprunter. On est au service des textes, et il faut reconnaître que l'enseignement proposé leur fait la part belle. L'année dernière, j'ai même acheté et lu La Réunification des deux Corées de Joël Pommerat et Incendies de Wajdi Mouawad {scènes travaillées par d'autres participantes au cours}.


Quels sont les rôles que tu as aimé interpréter ? Y a-t-il un rôle qui t’a marqué davantage ?

J'ai apprécié toutes mes scènes. Mais j'éprouve une grande tendresse pour le rôle de Sosie dans Amphitryon de Molière. Se retrouver seul en scène, sur un plateau vide, dans un monologue à trois voix, le tout en vers libres, était un exercice tout à fait différent et inédit pour moi. Des spectateurs que je ne connaissais ni d'Ève ni d'Adam m'ont accosté à l'issue des représentations pour me parler de cette scène, ce qui en fait un souvenir d'autant plus mémorable. Et la lanterne de Sosie traîne toujours dans mon appartement...


cours de théâtre amateur à Paris

Y a-t-il des rôles ou des styles de personnages que tu rêves d’interpréter ?

Les auteurs et les thématiques qu'ils abordent me font davantage rêver. J'aime la violence et la plume acérée d'Angélica Liddell, par exemple. Bousculer les spectateurs dans une scène impertinente et percutante me plairait beaucoup. Je serais tout autant emballé par un texte de Jean-Luc Lagarce, à l'écriture décomposée, teintée de lyrisme et de poésie, qui serait un enfer à apprendre mais un régal à déclamer. Je ressens un plaisir particulier à faire miens les mots d'un autre, surtout quand la tâche est ardue.


Que cherchais-tu en t’inscrivant à un cours de théâtre ? Qu’as-tu trouvé au sein de la compagnie ?

J'étais à la recherche de rencontres, de partage et d'aventure collective avant tout. En voir émerger peu à peu les bribes qui, avec l'investissement de chacun et le temps aidant, forment un spectacle cohérent et abouti. Et bien sûr l'ouverture de soi, pour les quelques verrous à faire sauter. Au sein de la compagnie, j'ai également trouvé de très bonnes ondes. On en oublie presque sa vulnérabilité face aux autres.


Pourquoi recommanderais-tu les cours de théâtre de la compagnie ?

Parce qu'ils n'ont d'amateurs que le sens mélioratif du terme. Pour le panaché d'individualités, d'énergies et d'horizons. Pour la délicatesse ambiante. Parce que s'oublier pendant 2h30 est salutaire. Parce qu'il faut goûter l'effervescence d'un jour de représentation au moins une fois dans sa vie. Pour les éclats de rire.


As-tu une question à Emmanuel ?

La compagnie a déjà proposé des workshops de danse pour comédiens par le passé. Comment ont-ils vu le jour ? Envisages-tu de renouveler l'expérience avec d'autres ateliers transdisciplinaires ?


Réponse d'Emmanuel :

Les workshops évoqués avaient été proposés pour que les participant(e)s désireux d'approfondir le travail corporel puissent travailler dans un cadre différent. Il ne s'agissait pas réellement de danse, mais le travail proposé donnait une grande part au corps et à son utilisation lors de l'expression d'un texte.

Il se pourrait bien que, dès cette année, des stages courts sur un week-end soient proposés pour aborder des thématiques particulières afin d'approfondir certains aspects du travail du comédien, voire aborder des disciplines ou techniques non travaillées au sein des cours. Laissons passer l'effervescence de la rentrée, et on en reparle très vite !


Merci d'avoir pris le temps de répondre à nos questions, Aurélien ! Et j'ai bien pris note de tes souhaits potentiels !


Dans quinze jours, nous reviendrons sur Huit femmes, de Robert Thomas, monté durant la saison 2018 - 2019..


À bientôt !



30 vues0 commentaire